Le révélateur de votre créativité

L’alimentation vivante

Le crudivorisme ou alimentation vivante a le vent en poupe et vous en avez probablement déjà entendu parler, sans forcément savoir de quoi il s’agissait exactement. Nous vous invitons à en apprendre plus sur ce nouveau phénomène santé. Les termes de crudivorisme et d’alimentation vivante renvoient à un mouvement qui vise à modifier en profondeur […]

aliments salade

Le crudivorisme ou alimentation vivante a le vent en poupe et vous en avez probablement déjà entendu parler, sans forcément savoir de quoi il s’agissait exactement. Nous vous invitons à en apprendre plus sur ce nouveau phénomène santé.

Les termes de crudivorisme et d’alimentation vivante renvoient à un mouvement qui vise à modifier en profondeur sa façon de se nourrir en excluant presque toutes les formes de cuisson et en privilégiant les végétaux (la plupart des crudivoristes sont également végétaliens). On y retrouve plusieurs catégories en fonction du type d’aliments qui est principalement mis en avant : frugivores (surtout des fruits), granivores (des graines), liquidariens (surtout des jus), instinctos (tout type d’aliments mais sans les mélanger) et enfin partisans de l’écologie alimentaire (tout type d’aliments y compris viandes et insectes). Les crudivoristes favoriseront également des aliments bio et le moins transformés possible.


L’argument phare des crudivoristes ?
La cuisson dénature les aliments et leur fait perdre bon nombre de leurs nutriments, quand elle ne les rend pas carrément toxiques (comme pour les viandes cuites à trop forte chaleur, ce qui entraîne l’apparition de substances cancérigènes). Ainsi une cuisson longue ou à haute température va détruire bon nombre de vitamines, notamment la vitamine C, ainsi que d’autres substances antioxydantes et des enzymes qui facilitent l’assimilation des aliments et que le corps doit alors produire lui-même. La fabrication de ces enzymes métaboliques « fatiguerait » le corps et le rendrait donc plus fragile et plus exposé à diverses pathologies. Même les cuissons à l’eau ou à la vapeur ont des aspects négatifs, car de nombreux minéraux sont perdus avec les eaux de cuisson. Enfin, dans le cas des jus de fruits, la pasteurisation détruit non seulement les bactéries mais aussi des vitamines et enzymes, d’où la recommandation des crudivoristes de faire son propre jus et de le consommer rapidement plutôt que de le pasteuriser.

Il faut toutefois noter que la cuisson des aliments n’a pas que des inconvénients. Ainsi, si elle détruit effectivement une part des nutriments, cela peut être compensé par le fait que l’on mange souvent une plus grande quantité d’un légume cuit que d’un légume cru. Par ailleurs il peut arriver que la cuisson rende au contraire plus disponible pour le corps certains nutriments, comme le lycopène (substance présente dans la tomate), la lutéine ou les caroténoïdes. La cuisson rend également certains aliments plus digestes et a en outre l’avantage de détruire des micro-organismes potentiellement dangereux et de réduire le potentiel allergène de certains aliments. Une cuisson raisonnable (sans friture par exemple) n’est donc pas réellement mauvaise pour la santé.


L’alimentation vivante met en avant d’autres arguments pour justifier de sa légitimité. Ainsi elle présente plusieurs avantages grâce au fait qu’elle implique une grande consommation d’antioxydant et de fibres tout en limitant fortement les matières grasses. Son effet détox se fera rapidement sentir avec une perte de poids parfois conséquente, un regain d’énergie, la diminution des odeurs corporelles et la fin de la somnolence liée à la digestion. Grâce à ses antioxydants l’alimentation vivante pourrait aussi aider à prévenir ou même traiter certaines maladies (troubles digestifs, maladies cardiovasculaires, arthrite, cancers…). Son but premier est de permettre de vivre plus longtemps et en meilleure santé.

Toutefois l’alimentation vivante a également des inconvénients qui ne sont pas négligeables. Ainsi, c’est un régime difficile à suivre au quotidien : non seulement parce qu’il demande de repenser intégralement son alimentation et d’être très attentif à ce que l’on met dans son assiette (car il faut soigneusement surveiller ses apports pour éviter les carences), mais aussi parce qu’il est très peu répandu et délicat à intégrer dans sa vie sociale. Du point de vue de la santé, l’alimentation vivante présente les mêmes risques que le végétalisme : carences en vitamines, protéines et certains minéraux, lesquelles peuvent avoir de graves conséquences à long terme (déminéralisation, fatigue, hypotension, dépression, absence de libido…). En outre elle implique presque toujours une perte de poids et même une aménorrhée chez certaines femmes, ce qui pousse certains à questionner son effet sur la fertilité. C’est donc un choix alimentaire qui ne se fait pas à la légère et qui implique un investissement important dans la conception de ses menus.

Si vous décidez de vous lancer, sachez que l’alimentation vivante, en dépit de ses restrictions, offre un large choix d’aliments et de nombreuses possibilités de recettes au-delà des salades, dips et autres. Fruits crus ou séchés, légumes crus ou lactofermentés, légumineuses germées, céréales germées, pain germé, miel non pasteurisé, lait de noix, oléagineux (noix, noisettes, etc.), graines, huiles pressées à froid, végétaux déshydratés à froid, algues, herbes aromatiques, sel, épices, etc. et même, pour ceux qui optent pour l’écologie alimentaire, viandes et poissons tant qu’ils sont crus. Préférez-les bio pour éviter autant que possible des éléments toxiques qui, en l’occurrence, ne seraient pas éliminés par la cuisson.

Et côté équipement ?

Remisez vos casseroles et laissez-vous tenter par un robot (notamment pour couper les légumes), un blender (idéal pour les smoothies), un extracteur de jus (pour des jus de fruits vraiment frais) ou encore un déshydrateur. Notez par ailleurs que l’alimentation vivante autorise la germination, la fermentation et la déshydratation (tant qu’elle reste sous 40 °C), ce qui élargit d’autant le champ des possibles.

Dans tous les cas souvenez-vous que l’alimentation vivante nécessite de se renseigner en profondeur et de bien apprendre à connaître les aliments pour pouvoir composer des menus non carencés. En raison de la perte de poids qu’elle provoque quasi systématiquement, elle n’est pas recommandée pour les enfants, les femmes enceintes ou les personnes fragiles. N’hésitez pas à prendre conseil auprès de votre médecin avant de vous lancer.

movie A Family Man 2017

Nos actualités

Inscrivez-vous à notre newsletter